play slots for free at https://onlineslots.money/free-slots/

Recrutement Précision
Lors de mes 4 mois de stage chez Recrutement Précision, j’ai eu la chance de jouer le rôle de chasseur de têtes. Dès les premières semaines, je me suis rapidement rendu compte que la chasse de têtes n’est pas une chose évidente. Faire des appels de chasse demande beaucoup de pratique, une certaine compréhension des différents environnements de travail et surtout de la détermination.

Voici donc 3 principales leçons retenues au cours de mon stage :

1. Être chasseur de têtes demande énormément de patience et de persévérance

Comme le dit le proverbe : « tous les jours de chasse ne sont pas des jours de prise ». Pour arriver à trouver le meilleur candidat selon les besoins spécifiques d’une entreprise, le chasseur de têtes se doit de faire des recherches étroites. Il doit, par la suite, effectuer une panoplie d’appels pour finalement dénicher LA perle rare. Je vous mentirais en affirmant que le processus est terminé après avoir enfin mis la main dessus. Et non, détrompez-vous ! Il s’en suit une série d’étapes de rencontres avec le client, de tests, d’évaluations, d’offres, de négociation, etc. Ainsi, nous pouvons réellement affirmer que c’est par nos efforts que nous arrivons à de résultats concrets.

2. Le chasseur de têtes doit être discret et professionnel

Dans ce métier, la discrétion et le professionnalisme est selon moi primordial. En effet, il est important de prendre en considération que le candidat est la plupart du temps à l’emploi. Régulièrement, le chasseur de têtes à nulle autre option que de téléphoner le prétendant au travail. Cette situation le met évidement dans une position plutôt compromettante. À vrai dire, presqu’à tout coup, le candidat ne peut nous parler au moment de l’appel, car il est entouré de collègues. De ce fait, il est nécessaire d’être discret et professionnel et de poser des questions courtes et fermées. Non seulement nous devons respecter le candidat, mais il faut aussi considérer le client à travers le processus de recrutement. Nous devons donc, en tout temps, maintenir une relation de confiance avec celui-ci afin d’éviter de nuire à son image face aux entreprises concurrentes.

3. Le chasseur de têtes doit avoir de la facilité à communiquer

Si vous aimez les relations interpersonnelles, vous êtes à la bonne place ! En effet, le chasseur de têtes est constamment en communication avec des candidats potentiels. Il se doit de prendre le ‘’lead’’ et d’appeler les prétendants le plus rapidement possible. Il fait le pont entre le candidat et le client. Ainsi, il doit poser les bonnes questions et cibler les informations pertinentes d’un candidat pour ensuite être en mesure de les communiquer adéquatement au client. Par ailleurs, le chasseur de têtes doit aussi être en mesure de bien expliquer les postes et de glorifier les candidatures au client.

Conclusion

Étant étudiante en gestion des ressources humaines, je confirme que la chasse de têtes fut une expérience très enrichissante pour ma carrière. Puisque le recrutement se trouve à la base des ressources humaines, il est, selon moi, primordial de maîtriser cette sphère des RH. Enfin, la chasse de têtes nous ‘’challenge’’ à tous les jours et elle nous aide fortement à développer une multitude de compétences telles que le sens de l’organisation, le niveau d’autonomie, la gestion des priorités et du temps ainsi que la confiance.

Best online blackjack for money https://onlineblackjack.money/

Abonnez-vous à nos infolettres

L’infolettre de Recrutement Précision est une agrégation des meilleurs contenus produits par l’entreprise envoyée à chaque mois dans votre boîte courriel.